«

gen 20

Pensée en fragments

Pensée en fragments
Cette époque est caractérisée par l’inquiétude profonde de l’existence qu’elle soit individuelle, ou collective.

La pensée est bouleversée par une multitude de problèmes : le chaos, la sénilité du système capitaliste dans sa version néolibéral, l’instabilité politique, la manipulation des informations, le matraquage psychologique quotidien des consciences, le malaise moral et éthique, la souffrance existentielle et matérielle, conséquences à la fois désolantes et graves par l’intensité du chaos et la planification du désordre. Il s’agit d’une méthode, d’une technique, dont la procédure a pour objectif de gouverner le monde contemporain. On connaît la logique, le fonctionnement pervers de la finance, le pétrole, la vente des armes, les matières premières qui ont bouleversé la nouvelle donne géopolitique par l’effet domino et la déstabilisation permanente du monde. Un monde dont la gestion est confiée à l’Etat profond qui suit une logique précise pour défendre ses propres intérêts, un Etat qui plonge le destin tragique des sociétés et des territoires convoités par les grandes puissances du moment. Un monde échevelé et inquiétant de guerres par personne ou états interposés, guerres civiles, décomposition des États, des sociétés qui ouvrent le chemin de l’exode, et de l’humiliation de millions de personnes femmes, enfants et vieillards. Le monde contemporain est gouverné par des intérêts licites ou illicites. Dérèglement climatique et catastrophe naturelle sont le produit d’un modèle de développement économique et social qui génère misère et humiliation. On parle souvent de choc de civilisations mais on oublie de parler du choc de mémoire(s), mémoire(s) non partagées qui restent à décrypter et à contextualiser sur le plan historique et anthropologique. De quoi s’agit- il ? Il s’agit d’éviter le flux conceptuel créé actuellement par l’ambigüité du vocabulaire et d’un certain glissement sémantique qui est à l’origine d’un malentendu préjudiciable construit sur l’ignorance et la non connaissance des autres cultures et civilisations. Pour cette raison les mots sont importants, leur poids et leur usage quotidien influencent terriblement nos relations avec l’Autre.

Print Friendly