«

»

apr 28

Marrakech: attentat meurtrier, Rabat et Paris dénoncent un acte “terroriste”

 

MARRAKECH (Maroc) (AFP) – La police marocaine était en état d’alerte jeudi après un attentat qui a fait 14 tués, dont des Français, selon des sources marocaines et françaises, au coeur de la ville touristique de Marrakech.

Rabat et Paris ont dénoncé cette attaque “terroriste” contre un café dans le centre de cette cité historique, première destination des visiteurs étrangers au Maroc, à 350 km au sud de Rabat.

Il s’agit de l’attaque de cette nature la plus meurtrière dans ce royaume d’Afrique du nord depuis les attentats islamistes de 2003 à Casablanca, et le roi Mohammed VI a réagi immédiatement en exigeant une enquête rapide.

Le périmètre autour du café Argana, où a eu lieu l’explosion, est bouclé pour écarter les badauds, le 28 avril 2011

Peu après, le président français Nicolas Sarkozy a condamné cet “attentat terroriste” –un “acte odieux, cruel et lâche”, a-t-il dit–, et l’Espagne également.

La déflagration à la mi-journée à soufflé l’établissement Argana, trés fréquenté par les touristes, sur la célèbre place Jamâa El-Fna

Dans la soirée, le ministre de l’Intérieur Taib Cherkaoui parlant à la presse à Marrakech, a annoncé que l’attentat avait fait 14 tués, alors qu’un bilan précédent faisait état de 15 morts.

“Les cadavres de 11 étrangers et de 3 ressortissants marocains ainsi que 23 blessés ont été évacués vers le centre hospitalier universitaire Ibn Tofail, l’hôpital militaire Ibn Sina et deux cliniques privées”, a déclaré le ministre.

Carte de localisation de l’attentat dans un café situé au milieu de la place touristique de Jamâaa el-Fna

Selon des sources médicales marocaines, huit Français sont au nombre des morts, et dans la soirée une source gouvernementale française a confirmé qu’il y avait des tués français sans en préciser le nombre.

Dans un premier temps, une source officielle marocaine a fait état d’un attentat kamikaze, mais le ministre de l’intérieur Cherkaoui s’est refusé à confirmer cette thèse.

“Je ne peux pas dire s’il s’agit d’un kamikaze”, a-t-il déclaré à l’AFP.

Il a indiqué que des recherches étaient en cours pour “l’identification des auteurs de ce crime”, et que le Maroc allait “continuer à combattre le terrorisme par tous les moyens juridiques”.

AFP

Print Friendly