«

»

feb 29

La relation de l’écriture à l’exil. / Grand entretien avec Robert Wilson.

Ecoutez l'émission 85 minutes

La relation de l’écriture à l’exil. / Grand entretien avec Robert Wilson.

28.02.2012 – 12:02

1ère partie : La relation de l’écriture à l’exil.

A l’occasion de la parution d’un recueil de nouvelles d’Edna O’Brien, grande figure des lettres irlandaises, la discussion d’aujourd’hui porte sur la relation de l’écrivain à l’exil, qu’il soit intérieur ou géographique. Chez Edna O’Brien, c’est une violence initiale, une scission, un arrachement à soi qui fondent sa littérature. L’écriture doit-elle nécessairement être un cri de colère ? Un enfantement dans la douleur ? C’est ce qui pose les termes d’une conversation axée sur le geste littéraire.

Avec :

Marc WEITZMANN

Joy SORMAN

Geneviève BRISAC

 

Archives diffusées :

– Edna O’BRIEN à La Grande Table le 01/11/2010.

– Milan KUNDERA chez Bernard PIVOT dans Apostrophes le 27/01/1984.

– Otis REDDING, “Sitting on the dock of bay”.

 

2ème partie : Grand entretien avec Robert WILSON.

 

Robert WILSON ©Hermann J. Baus

Certains se souviennent avec émotion de ce qui lui valut une consécration internationale. C’était en 1971, à Nancy. Le spectacle s’appelait Le Regard du sourd.

Il y eut ensuite quarante ans d’une carrière inouïe, faite de mises en scène dans les théâtres et les opéras les plus prestigieux du MET de New York à la Scala de Milan en passant par le Bolchoï de Moscou, la Schaubuhne de Berlin, l’Opéra de Paris et la Comédie français. Susan Sontag écrivait à propos de sa carrière : « Elle porte la marque d’une création artistique majeure. Je ne vois pas d’autre oeuvre qui soit aussi vaste ou qui ait eu autant d’influence. » Il a monté La Fontaine, Heiner Müller, Beckett, Brecht, et signé les mises en scène de La Flûte Enchantée, Parsifal, Madame Butterfly, Le Ring ou dans un genre plus contemporain Einstein on the Beach sur une musique de Philip Glass.

Aujourd’hui, pour la cinquième fois, il monte à l’Opéra Bastille l’une des œuvres phares de Debussy, Pelléas et Mélisande, où l’on retrouve la quintessence de son art.

Archives diffusées :

– Claude DEBUSSY, Pelléas et Mélisande acte 1 scène 2, par l’Orchestre philharmonique de Vienne sous la direction de Claudio Abaddo. Le personnage de Geneviève est interprété par Christa Ludwig.

– Claude DEBUSSY, Pelléas et Mélisande acte 2 scène 1.

– Guy SCARPETTA dans Le Bon Plaisir (France Culture) du 23/11/1991.

– Claude DEBUSSY, Pelléas et Mélisande acte 3 scène 1, scène interprétée par François Leroux et Maria Ewing.

– Robert WILSON dans Le Bon Plaisir (France Culture) du 23/11/1991.

Einstein on the beach mis en scène par Robert Wilson sur une musique de Philip Glass.

Invité(s) :
Robert Wilson

Thème(s) : Arts & Spectacles| Littérature Etrangère| Opéra| Claude Debussy| Edna O’Brien| mise en scène

Document(s)

Événement(s)

  • Spectacle Vivant

    Pelléas et Mélisande

    Pelléas et Mélisande

    PrésentationAvant de découvrir la pièce de Maeterlinck, Debussy disait au sujet de l’opéra dont il rêvait : « La musique y commence là où la parole est impuissante à exprimer ; la musique est faite pour l’inexprimable ; je voudrais qu’elle eût l’air de sortir de l’ombre et que, par instants, elle y rentrât ; que toujours elle fût discrète personne. » Grâce aux personnages de Maeterlinck, …

    28/02/2012 – 16/03/2012

Source originale: http://www.franceculture.fr/emission-la-grande-table-la-relation-de-l-ecriture-a-l-exil-grand-entretien-avec-robert-wilson-2012-

Print Friendly