«

»

apr 12

Et si le Japon montrait la voie pour la remise en cause des politiques austéritaires ?

Passé curieusement inaperçu à gauche, l’effondrement définitif de l’ordre néolibéral a peut-être déjà commencé… à droite de l’espace politique. Cet effondrement possible porte même déjà un nom : Abenomics, emprunté à celui du premier ministre japonais Shinzo Abe [1], conservateur du Parti libéral-démocrate (PLD) qui a remporté les élections fin 2012. Pour la première fois, en effet, depuis de nombreuses années dans un pays développé, un ensemble cohérent de mesures économiques tourne résolument et énergiquement le dos à plusieurs des dogmes qui structurent les croyances dominantes en matière de politique économique :

Lire la suite de l’article sur le site original

Print Friendly