«

»

apr 01

Au fil des jours, Périphéries explore quelques pistes –

[31/03/13] D’images et d’eau fraîche – Ode à Pinterest

Fantômes, extase et effroi sur les Internets

L’une des raisons pour lesquelles les mises à jour de Périphéries sont devenues si rares, c’est que j’ai été avalée par les réseaux sociaux. Maintenant, quand j’ai envie de recommander un livre, au lieu de me fatiguer à synthétiser le propos de l’auteur, à le décortiquer et à le commenter, à le mettre en relation avec des lectures passées, je balance deux lignes sur Facebook ou sur Twitter : « Lisez ça, c’est super. » Une grande avancée pour la finesse de la pensée et la richesse du vocabulaire.

Lire la suite de l’article sur le site original

Print Friendly